180516_PaysagesIntimes_FestDif_JeromeRou
180516_PaysagesIntimes_FestDif_JeromeRou
1509_MCETC_MontageCCO_6.jpg
180516_PaysagesIntimes_FestDif_JeromeRou
1509_MCETC_MontageCCO_5.jpg
180516_PaysagesIntimes_FestDif_JeromeRou
 

LA CABINE À DANSER

Un projet pour jouer et danser avec des images et des sons dans une cabine aux
parois élastiques : la cabine peau.

L'installation
L’installation est conçue à partir d’une cabine aux parois élastiques.
Le corps interagit avec la cabine pour moduler de la vidéo (texte projeté, couleurs) et du son (musique et texte enregistré).
En touchant la paroi sensible de la cabine, il laisse sa trace dans le texte projeté ou déclenche des extraits sonores différents. Il peut choisir de créer de manière impromptue une composition de plusieurs extraits et nappes sonores.
Le dispositif est conçu de sorte que les réactions au toucher soient variées.
Pendant toute la durée de l’expérimentation, le public est accompagné par l’équipe de la compagnie.


La cabine peau
Le dispositif numérique est une cabine, la cabine peau. Ses parois en lycra sont douces et élastiques comme la peau.
Lorsqu’on repousse les parois de la cabine, on interagit avec la matière visuelle projetée sur les parois.
Les mouvements sont captés à l’aide d’une caméra (une Kinekt), couplée à un vidéoprojecteur.

Une forme artistique double 

Une performance en solo interprétée par une danseuse issue du solo Éclaboussures : d'une durée de 10 à 20 minutes (adaptation de la pièce en fonction de l'âge des enfants), cette performance peut être présentée plusieurs fois dans la journée.

Une installation pour que les enfants puissent eux-mêmes expérimenter, en petits groupes, la cabine, et créer leur propre œuvre de manière impromptue. Les enfants sont guidés dans leur expérimentation par la danseuse.

 

©2020 par Compagnie Natacha Paquignon.

1509_MCETC_MontageCCO_5.jpg