Cabines_InstantPop2_0089.jpg
Cabines_JMontier7_besancon.jpg
Cabines_JMontier8_besancon (1).jpg
Cabines_JMontier1_502.jpg
Cabines_JMontier9_besancon.jpg
Cabines_InstantPop3_0204.jpg
Cabines_JMontier5_besancon.jpg
Cabines_JMontier4_besancon.jpg
Cabines_JMontier3_besancon.jpg
Cabines_JMontier2_besancon.jpg
Cabines_InstantPop4_0292.jpg
Cabines_InstantPop1_0079.jpg
Cabines_Cie1_0079.jpg
Cabines_InstantPop5_0334.jpg

CABINES

Dire d'une frontière qu'elle est une passoire, c'est lui rendre son dû : elle est là pour filtrer.
Régis Debray, Éloge des frontières

Une création danse & arts numériques


3 cabines. 3 petits mondes. 3 frontières. 3 danseurs, 2 femmes, 1 homme.
Le dispositif numérique interagit avec leurs mouvements qui modulent le son, la vidéo, la lumière.

Un dispositif immersif où le public se déplace librement.



Des histoires de frontières


Qu’est-ce qui nous sépare ? Qu’est-ce qui nous relie ?
Comment la frontière laisse-t-elle passer la relation ?
Une histoire de frontières. Entre les mondes, les cultures, soi et les autres, soi et soi.
Dedans et dehors.
Cocon ou prison. Cadre contraignant ou limite à dépasser. Elle enferme ou rend possible la relation.

Mène au conflit ou à la reconnaissance.
Ambivalence de la frontière. La respecter ou la repousser.
Franchir une frontière n’est jamais facile, tout déplacement est un exil.



Des cabines sonores et sensibles


Chaque cabine a une identité, une signature visuelle et sonore, des frontières singulières et ambivalentes.

Elles sont ouvertes, rendant possible la relation à l’autre.
La cabine peau a des parois élastiques et douces. Le danseur repousse la peau comme il repousserait les limites de l’inconnu. Elle invite à l’expérimentation, au risque de se perdre parfois. Elle est le lieu de vidéos en temps réel.

Son système de captation est composé de 2 caméras.
Les parois en plexiglas de la cabine plexi forment un cadre extérieur rigide. Elle bloque les mouvements mais c’est une surface d’appui stable, rassurante. Elle est sonore, percussive : des capteurs recueillent les vibrations de la matière. Les mouvements de la danseuse génèrent des sons et de la lumière.
La cabine robe n’a pas de paroi, mais une robe attachée à son socle. La danseuse est retenue par son costume, qui la ramène toujours vers le centre de sa cabine. À la fois cocon et prison, c’est celle de l’attachement au territoire, aux traditions, à la langue maternelle. Son système de captation est un capteur de type accéléromètre qui permet d’associer des sons aux mouvements de la danseuse.
Le public est immergé dans le dispositif. Il peut se déplacer librement autour des cabines, créer une relation particulière à une cabine ou s’éloigner pour avoir la visibilité des 3 cabines. Les 3 cabines forment entre elles un espace de dialogue : Cabines est une invitation à échanger, à (re)connaître l’autre.


Distribution 

Chorégraphe Natacha Paquignon, avec la complicité des danseurs 

Danseurs Lise Bois, Ludovic Lézin, Anita Mauro

Artiste visuel & programmation Raphaël Dupont 

Musicien & programmation Valentin Durif 

Conception & création des cabines Némo 

Conception technique Raphaël Dupont, Eric Lombral, Valentin Durif, Némo 

Costumes & décor Nadine Chabannier 

Régie générale Eric Lombral

Crédits Photos : Instant Pop

Durée 55 minutes environ


Partenaires

Production : Association CAB - Corps Au Bord / Compagnie Natacha Paquignon

Co-production : La Métive, Association NA / Compagnie Pernette, Fées d’Hiver, Association Les Initi’Arts, Toï Toï Le Zinc


Partenaires financiers  

Région Rhône-Alpes, Ville de Lyon, Ville de Villeurbanne


Création le 26 novembre 2015, à l'issue d'un accueil en résidence de création à la Friche Artistique de Besançon par l'association NA / Compagnie Pernette

 

©2020 par Compagnie Natacha Paquignon.